Catégorie : Romans

Apolline Francœur

C’est sur l’énigmatique conseil d’un ami qu’Apolline Fraîcheur, souffrant d’un mal étrange, se rend dans la maison de soins de Maeva Delfé, doctoresse aux pratiques surprenantes. Une maison de soins aux allures de paradis si ne rôdait alentour un serial-sexuel-killer particulièrement pervers qui s’attaque aux proches de Maeva. Armée de la foi amoureuse qu’elle nourrit à l’égard de Maevé, Apolline part sur ses traces.

Extrait d’Apolline Francoeur, roman, La Musardine, 2000 :

Xan Fergus regarda avec tristesse le verre rempli d’un liquide rouge vif, posé devant lui. Hypnotisé, il se caressa machinalement le sommet du crâne complètement dégarni. Assise derrière son bureau, souple et attentive, le docteur Delfé ne le quittait pas des yeux; un suave sourire courait sur ses lèvres bien pleines, au dessin impeccable.

Lire la suite

Virginité

Quand la vie entière devient perpétuels jeux à inventer, les jours et les nuits ne sont plus que l’intégrale mise en jeu de soi, dans une mise à nu des rapports humains vitaux…

Extrait de Virginité, roman, Belles Lettres/Sortilèges, 1996 :

Il neige et une jeune fille rousse, très pâle, joue aux échecs avec le docteur Naussans. Sa main, ornée de quatre bagues en forme d’animaux, déplace sa dernière pièce, le cavalier. Auguste Naussans ne peut pas s’empêcher de sourire. Sa victoire est toute proche. Donc, ils vont faire l’amour. Cet acte sera dicté par la règle du jeu et c’est tout. Or, une réelle excitation à l’égard d’Auguste agite maintenant Sophie. Le trouble délicieux qu’elle ressent est-il véritablement son désir puisque ce n’est que le jeu qui l’a fait naître? Sa nature lui échappe. Et le doute la fait frissonner encore plus. Elle passe sur son visage ses mains que font briller les bijoux. Le docteur Naussans murmure: « Échec et mat. »

Lire la suite

L’Infante

Malgré son extrême jeunesse, Blandine Benjamin commence à trouver la vie un peu fade. Ce qui se donne comme simplement bon ne la satisfait pas. Le grand expert du corps, Auguste Naussans, l’amène à découvrir le Sel, ce qui anime la vie entière des gens…

Extrait de L’Infante, roman, Belfond, 1992 :

Je grignote des pétales de rose. J’entends le chuchotement de mes parents, Alice et Karol Benjamin, installés dans le salon attenant au jardin où je me tiens. Assis sur le canapé, ils me tournent le dos. J’attaque la quatrième rose de la journée quand le beau docteur Naussans apparaît devant moi. Il est arrivé en silence. Mes parents ne savent pas qu’il est ici. Il s’accroupit et me regarde sans parler. Il cueille une fleur, la porte à ses lèvres. J’ai dix ans.

Lire la suite

Le Majordome

Alice refuse de fragmenter la vie. Elle veut toute la vie, tout sentir. Elle ne marque nulle préférence. Aimant tout elle n’aime rien. Et nul ne peut la posséder…

Extrait de Le Majordome, roman, Belfond, 1991 :

Alice a peur. Elle se sent en retrait de son siècle qu’elle ne connaît pas bien, lui semble-t-il, et cette ignorance l’empêche de se défendre. Peut-être désire-t-elle aussi oublier le vieil adage qui dit que la meilleure façon de se défendre reste l’attaque. Ne connaissant pas ses ennemis, qui devrait-elle attaquer ? La question se pose : s’agit-il d’ennemis ? Cette question la renvoie à son ignorance, seule raison de sa peur. Pour savoir si cette partie est adverse, il faudrait savoir de quoi elle est faite. Son ignorance là-dessus constitue justement et la partie adverse et sa propre peur. Si je pouvais le lui indiquer, croyez-moi, je le ferais. Or je n’ai que mes mains nues face à sa peur, que je ne sais pas dominer.

Lire la suite